Les mots ont toujours compté pour moi. Très jeune, à ma grand-mère quasi illettrée, je lisais des histoires édifiantes et j’écrivais des modèles de “belles lettres” qu’elle recopiait pour ses amies rencontrées en été. Ensuite, je n’ai jamais cessé d’écrire.