La fiancée du diable

Vu de dos, Ardent a bien l’air d’un garçon, à cause de sa façon de se tenir à cheval, à califourchon et non en amazone.
Vu de face, un garçon aussi, avec son chapeau, ses haut-de-chausses et ses bottes de cuir taillés pour l’aventure.
Vu de l’extérieur, un garçon toujours, intrépide, audacieux, prêt à braver tous les dangers de cette fin du XVIè siècle en compagnie d’Oeil jaune, son épervier, et d’Arka, sa jument arabe.
Mais vu de l’intérieur, c’est différent. Ardent s’appelle Ardente, et c’est une orpheline pas comme les autres, élevée par une vieille sorcière qui lui a laissé en héritage un sixième sens particulièrement développé : l’intuition.
Aussi, le jour où sa route croise par hasard un cortège funèbre, Ardente est la seule à remarquer un sourire méchant et de fausses larmes sorties d’un flacon sur le visage endeuillé d’un membre de la famille. Si seulement son intuition pouvait lui faire deviner où son enquête va la mener…

Extrait

.« Ah, c’est vous ! s’exclame Mathilde, visiblement abattue. J’ai cru que c’était le diable !

– Merci pour moi !

– Mais je suis contente de vous voir, j’ai tant besoin de consolation ! Ardent, je viens de prendre une décision grave.

– Holà ! Qu’allez-vous m’annoncer ?

– J’ai décidé d’entrer au couvent.

– D’entrer au couvent ! Vous n’y songez pas ! C’est absurde !

– C’est très sérieux !

– Vous n’avez même pas la vocation !

– Je la trouverai !

– Et de quelle manière ?

– En priant.

– En priant ? Mais, Mathilde, vous n’avez aucune raison d’entrer au couvent ni de vous forcer à devenir religieuse ! Et qui vous a mis cette idée dans la tête ?

– Ma tante.

Ardente ne peut retenir un sifflement de mépris.

– Je veux en prie, Ardent ! la reprend Mathilde.

– Ne commencez pas déjà à prier ! Vous aurez tout le temps quand ils vous auront enfermée dans une cellule ! s’écrie Ardente. Ainsi donc, c’était le malheur qui se préparait !

– Mais enfin, Ardent, le malheur c’est d’être déshonorée et ruinée, pas de se faire religieuse…

– Mais si ! On vous a convaincue ! Quel esprit faible vous faites !

– Et vous, quelle impudence vous avez ! répond Mathilde, les yeux brillants.

La colère les tient à distance. Ardente passe nerveusement d’une jambe sur l’autre, Mathilde s’est jetée sur son lit. Un long moment, elles restent silencieuses, ruminant leurs pensées.

« Et dans quel couvent iriez-vous ? demande Ardente, qui ne peut pas attendre trop longtemps.

– Sainte-Gudule-des-Consolations

– Qu’est-ce que c’est que ça ?

– Ne parlez pas sur ce ton d’un couvent respectable et connu dans la région pour sa grande ferveur religieuse.

– Ah oui ?

– Vous n’en avez jamais entendu parler ? Mais… d’où venez-vous ? demande Mathilde en fronçant les sourcils.

L’École des Loisirs
Collection Neuf

2001