Déclaration d’Abolition de la prostitution – 13 avril 2013

Publié sur le site de la Marche mondiale des femmes

Parce que le système prostitueur brise chaque année les vies de plusieurs dizaines de milliers de personnes prostituées dans notre pays
Parce que tout acte sexuel imposé par la contrainte financière est en soi une violence sexuelle
Parce que la répétition d’actes sexuels non désirés, même lorsqu’ils sont consentis, a des conséquences traumatiques sévères sur les personnes prostituées
Parce que la prostitution n’est pas aménageable,
pas plus que ne l’est le viol ou le harcèlement sexuel
Parce que le mot « pute » est une injonction – et une insulte – qui ouvre la voie au mépris, aux humiliations, aux violences et au meurtre.
Parce qu’un prétendu « droit » des hommes à la sexualité continue de faire peser sur les femmes un éternel « devoir » dont l’heure est venue de les libérer.
Parce que le système prostitueur est un moteur pour le proxénétisme et la traite des femmes
Parce que le système prostitueur exploite toutes les inégalités, entre les hommes et les femmes, le Nord et le Sud, les riches et les pauvres, les adultes et les enfants.
Parce que le système prostitueur est la caricature d’un libéralisme sans foi ni loi.
Parce que le système prostitueur est non seulement l’allié inséparable du sexisme, mais aussi du racisme et du colonialisme
Parce que la libération sexuelle exige que la sexualité soit libérée des injonctions morales, du carcan de la domination et des violences, mais aussi de l’emprise du marché.
Parce que les associations seules ne peuvent pas enrayer la violence prostitutionnelle sans une politique publique globale et abolitionniste
NOUS, associations de soutien aux personnes prostituées, de lutte contre les violences faites aux femmes, de promotion de l’égalité femmes-hommes ;
NOUS, survivantes de la prostitution ;
Proclamons solennellement que :
– NUL ne peut tirer profit de la prostitution d’autrui ;
– NUL ne peut disposer du corps d’autrui et de sa sexualité contre une rémunération ;
– NULle ne devrait être réduit à « sacrifier » son intimité, son intégrité et sa sexualité pour mieux vivre ou survivre.
EN conséquence nous demandons l’adoption immédiate de politiques publiques garantissant :
– La suppression de toutes les mesures répressives à l’encontre des personnes prostituées ;
– La mise en place de véritables alternatives à la prostitution et l’ouverture de droits effectifs pour toutes les personnes prostituées, y compris étrangères ;
– L’interdiction de tout achat d’un acte sexuel et la pénalisation des clients prostitueurs ;
– Le renforcement de la lutte contre toute forme de proxénétisme ;
– Le développement d’une politique ambitieuse d’éducation à une sexualité libre et respectueuse de l’autre et de son désir et à l’égalité entre les femmes et les hommes ;
– L’instauration d’une politique de prévention, de formation, ainsi que d’information à la réalité du système prostitueur.

 


« Dire que les femmes ont le droit de se vendre, c’est cacher que les hommes ont le droit de les acheter » – Françoise Héritier
« La prostituion est un viol marchandisé » – Geneviève Duché, présidente de l’Amicale du nid